La vie est un tourbillon et au centre se trouve la paix

Je reviens à la maison après deux semaines de mouvement, de rencontres, d’interaction, d’écoute, d’apprentissage et d’expression – et parallèlement, tout le long ; une profonde introspection.

J’ai voyagé extérieurement et intérieurement. J’ai rencontré des personnes de cultures multiples. J’ai appris à jouer d’un instrument. J’ai appris de nouveaux pas de danse. J’ai mangé à de multiples tables, marché sur des chemins variables. J’ai contemplé les vagues, les branches d’arbres. J’ai vu passer des nuages et j’ai accueilli la pluie. J’ai senti le tourbillon de la vie de haut en bas et par tous les côtés – et j’observe que mon esprit est devenu clair.

D’où vient cette clarté de l’esprit ? Se situe-t-elle uniquement dans l’esprit ? Par où faut-il passer pour la trouver ? Quel rôle joue le corps ? Et le cœur ? On parle de centrage ; centrage où et comment ? Comment être centré dans un monde qui bouge et face aux influences multiples ? Pourquoi et comment rester soi tout en apprenant des autres ? Pourquoi et comment être dans le flux de la vie, telle qu’elle se présente ?

De la rencontre, la friction, nait l’union et de l’union nait la vie, la créativité, la liberté. Cette rencontre n’est jamais simple et rarement facile. Elle est changeante, instable, fugace. Un jour on aime à la folie, on fusionne presque, et un autre jour, on se retire. Mais sans rencontre, on meurt. L’âme meurt. La vie meurt. Car la vie est mouvement et changement, construction et déconstruction, union et séparation.

Comment puis-je être moi dans un groupe, sans me perdre et sans m’isoler non plus ? Puis-je sentir ma différence et accueillir la différence de l’autre sans passer par les jugements de bien et de mal? Puis-je accueillir l’inconfort sans accuser quelqu’un d’en être responsable? Comment les rencontres me forment-elles et m’informent-elles de qui je suis ? Comment elles m’inspirent et comment j’inspire les autres? Quelle est la créativité individuelle et collective qui naît de ces rencontres ?

D’une rencontre entre un homme et une femme, naît l’enfant, la création ultime, la vie. Cette rencontre représente une certaine friction, parfois des incompréhensions, des malentendus et de la souffrance. La naissance même est une grande contraction suivie d’une expansion, d’une libération. Et l’enfant, être unique, se construit dans un contexte collectif. Il comprend ou pas les règles, il se perd et se retrouve, se rebelle ou s’éteint, dans une recherche perpétuelle d’individuation au sein du collectif.

La rencontre avec l’altérité est à la base de toute vie et c’est bien l’amour qui nous y conduit. Cet amour qu’on cherche, bien souvent en dehors de nous-mêmes. Cet amour qui est le moteur, le carburant, la direction, le but et le chemin. Le tout à la fois. De l’amour naît la rencontre et par amour nous nous rencontrons. Nous nous rencontrons nous-mêmes, grâce à l’altérité. Nous apprenons à connaître notre part unique par le biais du groupe. Et par amour pour cette part unique, et pour l’altérité, nous cheminons vers la liberté d’être, la paix et – l’amour.

J’espère que cet hymne à l’amour – et au tourbillon de la vie – vous inspirera et vous amènera vers le centre de votre être ; votre être unique qui est relié au tout. Je vous souhaite de vivre par et pour l’amour, cet amour qui nous a donné la vie et qui circule parmi nous, qu’on en soit conscient ou pas. Je vous souhaite d’accueillir la vie telle qu’elle vous est présentée et de faire de chaque épreuve, une nouvelle naissance. Je vous souhaite un bon début de printemps !

De tout cœur,

Annika Skattum

VOIR LE CALENDRIER DE STAGES ET RETRAITES